Comment devenir délégué pharmaceutique ?

La profession de délégué pharmaceutique ne relève pas d’un diplôme précis contrairement à d’autres métiers. Cette caractéristique complexifie la postulation à l’emploi, car il devient difficile d’évaluer les chances de réussite. Comment assurer votre embauche à l’emploi de délégué pharmaceutique ?

Est-il nécessaire de suivre une formation ?

La réponse est relative à votre situation. La formation est utile, et même essentielle, si vous êtes issu d’une autre formation : cliquez ici pour en profiter. Sachez, néanmoins, que les grands laboratoires se concentrent surtout sur les délégués chevronnés. Dans le cas où vous êtes débutant, vos chances de réussite à accéder à ce type d’instituts sont nulles. Mieux vaut, alors, viser d’abord les laboratoires apparus récemment. Une fois que vous aurez amassé les expériences et embelli votre CV, vous pourrez tenter d’intégrer les entreprises pharmaceutiques de renoms.

À l’inverse, vous pouvez vous passer d’une formation si vous êtes titulaire d’un bac +2 dans le commerce. C’est également un besoin secondaire si vous avez plusieurs années d’expérience professionnelle dans le domaine de la vente. Vos compétences commerciales devraient suffire dans ce cas de figure. D’ailleurs, les laboratoires prodiguent une formation aux recrues, comme celle d’une délégué médical formation.

Recrutement du délégué pharmaceutique : processus et critères

À ce jour, il n’existe pas de diplôme caractéristique pour le poste de délégué pharmaceutique. C’est la certification de niveau III enregistrée au RNCP et reconnue par l’État qui atteste de la capacité à occuper ce poste. Toutefois, de nombreuses entreprises pharmaceutiques passent outre cette qualification. Tant que vous êtes d’un niveau bac +2 et possédez un BTS et DUT ou, encore mieux, un bac +4/+5 à dominante commerciale alors vous êtes susceptible d’être retenu. En effet, le métier d’une déléguée commerciale pharmaceutique consiste avant tout, à attirer de nouveaux clients et de maintenir la fidélité des anciens vis-à-vis du laboratoire pharmaceutique employeur. En ce sens, le recruteur s’intéresse surtout à votre talent en tant que commercial et moins à vos diplômes.

L’obstacle majeur est de décrocher un entretien. Une fois que vous passez cette étape, qu’importent vos qualifications, l’important est votre capacité à vous vendre. La concurrence sera rude, il serait judicieux de vous entraîner et de peaufiner votre discours. La méthode de recrutement débute généralement par l’entretien de sélection auprès d’un cabinet de recrutement. Deux autres entretiens succèdent au premier : d’abord, auprès du directeur de région, puis avec le DRH. Ces entretiens successifs démontrent le rigorisme de la sélection.

Délégué pharmaceutique : les réalités du métier

Plusieurs personnes aspirent à occuper le poste de délégué pharmaceutique. Ce n’est pas étonnant étant donné les avantages multiples dont bénéficient ces professionnels. Le salaire proposé par les employeurs est plus qu’alléchant (salaire brut additionnés aux multiples primes). Les conditions de travail sont peu contraignantes puisque vous êtes libre de vous organiser comme vous voulez dans l’exercice de ce métier. De plus, vous bénéficierez d’une voiture de fonction et si aucune ne vous sera assignée, dont les dépenses kilométriques seront remboursées. Les coûts occasionnés dans le cadre de vos activités professionnelles tels que l’hôtel, le restaurant, le téléphone et l’ordinateur seront entièrement à la charge de l’employeur.

Malheureusement, il n’y a qu’un nombre très limité de postulants qui accède à ce poste à l’issue de la sélection draconienne durant le processus d’embauche. Les seuls candidats qui suscitent l’intérêt des entreprises pharmaceutiques sont ceux étant susceptibles d’apporter le maximum de résultats. Vous ne trouverez grâce à leurs yeux qu’en vous hissant au rang de commercial investi et dynamique. Une fois que vous accédez au poste, sachez que ce ne sera pas de tout repos et que le salaire provient d’un travail bien mérité. La hiérarchie exerce une certaine pression au délégué pharmaceutique pour faire grimper les chiffres d’affaires. Vous serez amené à beaucoup voyager, à beaucoup vous déplacer et rentrer chez vous chaque soir est quasi-impossible. En outre, vous aurez à assister à des formations telles que la formation visiteur médical. Vous devrez également vous atteler aux fonctions administratives après caque journée de prospection.

Si vous restez motiver à décrocher ce job malgré la rudesse de cette profession alors votre ténacité vous mènera à la victoire. Mais n’oubliez pas, la préparation est la clé du succès. Familiarisez-vous avec la profession, apprenez l’art de vous vendre, et visez d’abord les petits laboratoires. N’ayez crainte, le salaire et les avantages du métier ne dépendent pas systématiquement de la taille et de l’ancienneté d’un laboratoire.