Comment se former pour une reconversion professionnelle ?

Se former pour une reconversion professionnelle

Du responsable des ressources humaines, devenu fleuriste vedette, à l’ancien avocat à la tête d’un petit empire du muesli, en passant par un commerçant recyclé en chef cuisinier, les formations offertes par plusieurs organismes de reconversion professionnelle ont pu montrer que 85% des Français considèrent qu’il est bon de changer de métier au moins une fois (Odoxa). Ces organismes conseillent sur les meilleures méthodes pour bien réussir une reconversion professionnelle.

Orienter la réflexion

Un organisme de formation vous montrera comment prendre une décision de reconversion. Changer d’emploi n’est pas une décision à prendre à la légère. Avant de quitter votre profession actuelle ou de donner votre démission, prenez votre temps pour laisser mûrir votre projet. Avez-vous vraiment envie de vous lancer dans un programme de « reconversion » ou est-ce juste une fantaisie passagère, ne nécessitant que quelques ajustements (ex : travail à domicile) ? Il est important de se donner un moment de répit pour cerner ses motivations et ses besoins (autonomie, liberté, reconnaissance, évolution, temps…). Besoin de conseils pour un mieux-être au travail, visitez le site Mister Goodman.

Identifier les qualités

Les organismes de reconversion vous aident à identifier vos qualités : celles pour lesquelles vous êtes reconnu et celles que vous souhaitez développer. A ce stade, il ne s’agit pas de ressortir le laïus traditionnellement réservé aux recruteurs (perfectionnistes, curieux, etc.). Avant de déterminer ce que vous voulez faire, la formation vous recommande d’identifier qui vous voulez être et d’être honnête avec vous-même.

Imaginer sa vie idéale

Les organismes de reconversion orientent les clients suivant les aspirations qu’ils désirent poursuivre. Pour ce faire, sortez vos crayons. Utilisez une feuille de papier blanc et laissez vos envies s’exprimer. À quoi ressemblerait votre vie idéale ? Des croquis, des mots, des textes, des autocollants… laissez-vous aller. Puis prenez du recul. Qu’est-ce qui est important pour vous dans cette vie idéale ? Qu’est-ce qui contribue à votre épanouissement ?

Et pour aller encore plus loin. Quel est le lieu de travail idéal : bureau, boutique, sur la route, à la maison… ? Quel cadre recherchez-vous ? Êtes-vous prêt à vous déplacer ? À quoi ressemblerait votre journée idéale ? De combien avez-vous besoin pour vous sentir en sécurité financièrement ? Quel serait votre niveau de responsabilité ? Quelles sont vos priorités en ce qui concerne votre vie personnelle ? Entrepreneur ou non entrepreneur ? Projetez-vous autant que possible. Les organismes de reconversion encouragent les personnes à confronter leurs désirs avec leurs options professionnelles afin de définir la bonne adéquation.

Faire sa demande

Il est recommandé de faire l’examen des différentes possibilités qui s’offrent à vous. Esquissez vos projets en vous basant aussi sur les perspectives d’avenir en ce qui concerne les conjectures des métiers. Notez que les tendances ne sont pas immuables et peuvent changer au fil des années. Un secteur de niche méconnu aujourd’hui pourrait avoir le vent en poupe demain. Cela devrait élargir vos perspectives. Pour explorer les différentes possibilités, n’hésitez pas à prendre contact avec les personnes du métier spécifique que vous envisagez. Elles vous ouvriront les yeux sur l’autre côté du décor. Ce qui pourrait vous encourager dans votre choix ou au contraire vous dissuader. Au besoin les organismes de reconversion professionnelle vous recommanderont de tester le métier que vous visez.

Anticiper la phase de transition

Avant d’entrer en action, anticipez la phase de transition. En fonction de votre situation actuelle (CDI, CDD, indépendant…), les décisions à prendre, le statut et les conséquences financières ne seront pas les mêmes (démission, rupture conventionnelle, congé pour créer sa propre entreprise…). Examinez tout cela à l’avance. Ensuite, élaborez un rétro-planning pour définir la chronologie du suivi. Cela rendra les choses beaucoup plus concrètes.